LAVIEDELACURLY

Jeune voilée recherche un stage!

3 juin 2016

Salam a3leykum, Hello, Bonjour, Salutations ô toi qui me lis !

Aujourd’hui, j’avais envie de te raconter un petit bout de ma petite vie ! (On est sur laviedunecurly non ?) Alors, à défaut de te parler de cheveux et de tous les soins qui vont avec, je vais te parler du bout de tissu qui les couvre. Tu sais le v… le vo… Pardonne-moi mais, j’ai un peu du mal à en parler…c’est tellement un sujet tabou ici en France que…voilà quoi.

Nan je déconne, je m’en tape (pardonne ma vulgarité), je vais te parler du voile ! Du hijab si tu préfères. Enfin, du bout de tissu que j’ai sur la tête et qui fait beaucoup parler de lui en ce moment (et depuis tant d’années déjà). « Le foulard islamiste » quoi ! (Je te jure qu’il y vraiment des gens qui le nomment comme ça mdr).

Avant toute chose très chère lectrice, (ouais, aujourd’hui, tu t’appelleras « lectrice » et pas « curly » j’ai décidey) sache que je ne suis absolument pas là pour clamer haut et fort que le port du voile est un choix et tout le blabla qui va avec. Les « mon voile, ma liberté, mon choix, mon nanani, mon nanana », ça va deux minutes et trente secondes (pas plus). Enfin tu vois quoi, en résumé, je suis pas là pour me justifier de quoi que ce soit. Les grands discours, c’est pas trop mon truc et puis, si tu lis ces quelques lignes, c’est sûrement parce que tu es curieuse de connaître la suite de ma story. Enfin bref, je m’égare. Cet article n’a été rédigé qu’à juste titre de témoignage et n’a pas pour but de mener à un quelconque débat ou autre.

Passons, je vais te parler du voile dans un contexte particulier : la recherche d’un stage.

Alors, si tu es assise dans ton lit ou dans ton canapé, attrape un paquet de chips ou deux, une tablette de chocolat ou encore des fruits pour les plus « healthy » et apprête toi à lire ma story (oui, attend toi à ce que je place des mots en anglais de temps en temps, parce que j’aime bien me la raconter vois-tu ?).  Je te préviens, c’est long ! Alors, n’hésite pas à faire des pauses de temps en temps. J’sais que certaines aiment la lecture quand elles sont au pipiroom donc…même là, n’hésite pas, embarque ton téléphone avec toi (mais fait gaffe à ne pas le faire tomber dans la cuvette, ce serait embêtant). C’est parti !


Quand t’es étudiante et que tu dois effectuer un stage dans le cadre de ta formation, c’est hyper compliqué de trouver une entreprise. « Vous-même vous savez. » Mais, quand t’es étudiante en communication et qu’en plus tu es voilée (coucou moi !), c’est…comment dire ? Le parcours du combattant (mais en pire) ! Je n’ai pas compté le nombre d’entretiens que j’ai eu tellement ils étaient nombreux mais, sans trop rentrer dans les détails, je vais te raconter ceux qui m’ont le plus marqué et qui Grâce à Dieu, m’ont fait grandir. C’est peut-être bizarre à lire, ça l’est encore plus à dire mais oui, ça m’a fait grandir.

La première chose que j’ai faite, c’est aller voir une de mes profs et lui demander naïvement si elle connaissait des entreprises susceptibles de me prendre en stage avec mon voile. Sa réponse ? Accroche-toi très chère lectrice… : « Et bien vous pouvez essayer en…en Arabie Saoudite ! » Tu as très bien lu et Dieu en est témoin. J’étais tellement choquée que je suis restée sans voix. Bref, je ne vais pas m’attarder sur ce petit épisode, ça n’en vaut absolument pas la peine.

Alors, dès que j’ai eu les dates du stage, sans tarder, j’ai postulé (je voulais prendre de l’avance, tu vois le genre) et à ma grande surprise, quelques jours plus tard, j’avais mon premier entretien. Je dis « à ma grande surprise » car, sur mon CV, je suis voilée et je ne m’attendais pas du tout à être reçue au sein d’un grand journal dont je ne citerais pas le nom (parce que je veux pas de problèmes tahu) et que tu connais très certainement. Un indice: ce journal prône haut et fort le « féminisme ». (Ou une bêtise dans l’genre.)

À la rédac, j’ai été très bien accueillie par une très gentille dame, très souriante etc.

Bref, l’entretien s’était très bien passé et le soir même, j’avais pour mission de rédiger un article sur le sujet de mon choix afin d’évaluer mes qualités rédactionnelles (si qualités il y a).

Chose que j’ai faite au plus vite et que je me suis empressée de transmettre à ladite madame.

Le lendemain, celle-ci me remercie et me dit que j’aurais la réponse dans quelques jours. Nickel.

Bien entendu, je n’ai pas attendu sa réponse pour continuer mes recherches de mon côté. Et c’est là que les entretiens se sont enchaînés. Un, puis deux, puis trois… Je n’avais toujours pas la réponse de la madame donc, je l’ai gentiment relancé. « Je ne peux vous donner une réponse définitive pour le moment mais, votre profil m’intéresse toujours autant blabla. »  qu’elle m’a dit! Daccodaacc bon, je continue à chercher hein ! Succession d’entretiens et toujours rien.

Des petites agences aux plus grosses, en passant par des associations et ONG : toujours rien. Pendant un certain moment, j’ai pensé que c’était moi le problème, moi qui n’étais pas capable de répondre à leurs missions, moi qui avais dit une bêtise pendant l’entretien mais…non. Le problème, je ne le connaîtrais jamais et aujourd’hui, j’avoue que je ne veux même pas le savoir.

Les recruteurs ? Aaah ces recruteurs. Plein de jolies paroles, de promesses de stages (oui parce que, il y en a eu des fois où ils étaient à deux doigts de signer mais qu’au dernier moment, ils ont eu un « problème commercial » haha hihi hoho huhu). Mais je leur pardonne.

Vous connaissez probablement toutes cette phrase « Bon et bien merci à vous d’être venue, nous vous recontacterons d’ici une semaine, que la réponse soit positive ou non. »

Chers messieurs les recruteurs, la semaine est passée, ça fait quelques mois que j’attends maintenant, soyez cool, donnez-moi la réponse ! (Autodérision quand tu nous tiens.)

Les entretiens s’accumulaient et toujours pas de réponse de la part de la madame du journal. Purée, je commençais à m’impatienter. Bon allez, je la relance par mail, au point où j’en suis, j’ai plus rien à perdre. Réponse « Cela est trop tôt pour vous donner une réponse en interne mais ne vous en faites pas, votre profil m’intéresse toujours autant nanani nanana. »

Bon OK, c’est pas totalement mort je me suis dit. (Naïve la meuf)

Un soir, alors que je matais les « Les Marseillais Suth Africa » (avoue, toi aussi …) je reçois un appel d’un numéro que je ne connais pas. « Bonjour Mlle **** (oui, c’est archi confidentiel vois-tu ?), nous avons reçu votre candidature mais nous n’avons pas trop compris celle-ci. En quelle formation êtes-vous actuellement ? » J’étais à deux doigts de lui lâcher un gros « Bah lis mon CV mon frère ! Je te l’ai envoyé pourquoi faire ? » Mais j’ai gentiment répondu. Et c’est là qu’il m’a dit…accroche toi s’il te plait, je tiens à te préparer psychologiquement à lire ce que je suis en train d’écrire…. Il m’a dit « Ah donc si je comprends bien vous êtes voilée ? » Gnnneeee tu comprends bien ! (J’ai pas dit ça t’inquiètes mais, j’aurais dû !) Et là, il me dit quoi ? « Et on vous a forcé à le porter ou bien c’est un choix ? »

*PAUSE*

Alors, toi qui me lis, j’imagine que tu aurais coupé court à la conversation et que tu lui aurais gentiment dit d’aller manger ses orteils (je viens de l’inventer celle-là, sert toi, c’est gratuit). Mais moi ? Bah désespérée comme j’étais, je me suis dit « Non patience, prend sur toi, il te faut un stage… » et je lui ai simplement dit « Non, pourquoi on m’y aurait obligé ? » S’en est suivi des questions sur mes origines et tout le tralala. Après quoi il m’a parlé de son activité (dont je me fichais totalement). Je l’ai écouté me raconter sa vie pendant près d’un quart d’heure sans dire un mot. (Vous pouvez laisser votre numéro de téléphone en commentaire si toutefois, vous avez besoin de parler…je suis douée quand il s’agit d’écouter.)

Bref, à la fin de la conversation  de son monologue, il m’a gentiment dit qu’il souhaitait me recevoir en entretien et qu’il allait m’envoyer un mail pour confirmer celui-ci.

Très chère lectrice, je peux t’assurer que je n’ai jamais reçu ledit mail. Monsieur voulait simplement faire passer le temps. Bon ok, il a le droit de perdre son temps mais, il y a des gens (comme toi et moi) qui n’aimons pas perdre le notre n’est-ce pas ? Bref, donc j’ai raccroché et je suis retournée perdre mon temps devant les Marseillais. (Ben quoi ?)

Et pendant les semaines qui ont suivi cela, j’ai accumulé pas moins d’une dizaine d’entretiens.

J’étais à bout, j’en avais assez qu’on se moque de moi. Assez de courir partout, d’entendre des promesses de stage non tenues, de voir des sourires jaunes et de faire sembler de les croire. Assez de devoir les écouter me parler de l’histoire de leur entreprise alors que j’avais déjà tout lu sur internet. Assez de devoir me faire passer pour une idiote juste pour leur faire plaisir et pour maximiser mes chances d’être prise. (Oui parce qu’on se l’avoue, les gens n’aiment pas vous savoir plus malin/gne qu’eux, c’est la vie.) Bref, j’en avais assez. Alors j’avoue, parfois j’en pleurais (ne rigole pas s’il te plait…mdr).

Ce n’était pas des larmes de tristesse, encore moins de colère, c’était seulement mes nerfs qui lâchaient. Et Dieu sait que je me suis retenue bien longtemps. J’étais à deux doigts d’abandonner toute recherche, j’étais à bout de nerfs, à bout de tout.

Bref, la date du début du stage arrivait à grands pas et toujours pas de nouvelles la madame du journal. (Pas de nouvelles, bonnes nouvelles « askiparé »!) Et là tu te dis « mais euh…pourquoi tu t’obstines ? C’est mort ! » Je te l’accorde très chère lectrice mais, elle m’a fait espérer purée ! Elle ne m’a pas dit « Non, on ne veut pas de vous. » Très clairement, chose que j’aurais nettement plus appréciée.

Puis, j’ai enfin tilté. Je me suis souvenue que la ligne éditoriale de ce journal c’est « je suis féministe » en veux-tu en voilà. Bref, rares sont les jours où je n’ai  pas vu de publication sur Facebook pointant du doigt les femmes musulmanes. Rares sont les jours où je n’ai pas lu de post et que la personne qui l’a rédigé ne s’est pas permise de penser à la place de mes sœurs, de penser à MA place. Je te laisse imaginer le tralala rédigé, si tu as la télé (ben quoi ? Certains ne l’ont pas à la maison et je peux les comprendre.), tu vois probablement de quoi je veux parler.

J’ai finalement compris (dix ans après) que moi et mon pote le voile, nous n’étions pas les bienvenus.

3

Bref, aujourd’hui Dieu merci, j’ai enfin trouvé un stage qui me correspond. Un stage dans lequel je suis épanouie et qui me permet de garder mon hijab. Que demande le peuple ?

Sache aussi chère lectrice que je ne pointe du doigt personne. J’ai eu des entretiens chez des musulmans comme chez des non musulmans et je n’ai pas été mieux accueillie chez les musulmans que chez les autres. Aucunement.

Passons, j ’ai eu ce que je voulais au moment où je m’y attendais le moins, au moment où je n’y croyais plus.

El hamdulilah (Louanges à Allah), j’ai compris qu’il ne fallait jamais abandonner, ô grand jamais, même si ce n’est pas facile. J’ai compris que lorsque Dieu te ferme des portes, c’est seulement pour t’en ouvrir d’autres par la suite. J’ai compris que tout était pour le bien quoi qu’il arrive et qu’il fallait toujours garder confiance en Dieu et en soi. J’ai compris que rien était impossible…

Eh mais, je me suis prise pour Di Caprio à la remise des Oscars, stoppez-moi !

Notez bien mes très chères douces sœurs/douceurs que vous êtes en droit de garder votre voile alors, sachez user de celui-ci. Alors, oui, je sais que c’est hyper difficile. Mais quel bonheur se gagne dans la facilité ? Lequel s’il vous plait ? Quelle réussite s’obtient en claquant des doigts ? Laquelle? Dîtes le moi!

On ne veut pas de toi avec ton voile dans telle entreprise ? C’est pas grave, on voudra de toi ailleurs ! Alors garde espoir, reste droite dans tes bottes (ou dans tes air max, ça dépend), ne perd pas de vue ton objectif et tu réussiras in sha Allah ! Tu es libre de choisir la vie que tu veux vivre.

Pour ma part, j’ai choisi. J’ai choisi de ne pas vivre une vie qui n’est pas la mienne. J’ai choisi de ne pas me faire passer pour ce que je ne suis pas. J’ai décidé d’être moi. (BRRRAAAAAH punchhliiiiiiiiiine !)

C’est vrai quoi, pourquoi on le retirerait parce qu’on nous le demande ? Mais qui êtes-vous mesdames et mesdames ? Navrée de vous le rappeler mais, vous faites caca comme moi et comme toute personne qui a foulé cette terre. Pardonnez mes arguments de CM2 mais, je ne peux être plus claire. Difficile de me soumettre à quelqu’un qui se retrouve dans une situation aussi impure que la mienne assise sur ses WC. Tu vois l’délire « fraté » ?

Sous prétexte que vous exigiez, nous devrions obéir ? M D R

Laissez-moi d’abord répondre à mes obligations religieuses comme il se doit et après on verra (pas).

BREF.

J’espère que cet article t’a plu et que tu en ressortiras une petite morale, aussi minime soit-elle, que tu sois musulmane ou non, l’enseignement est le même.

PS : C’est à toi que je m’adresse douce sœur, si un jour tu es victime de discrimination à l’emploi ou de toute autre forme de discrimination, ne reste pas dans le silence. Fait appel au CCIF! Olala je m’égare, on dirait une pub à la :

Plus sérieusement, le Collectif contre l’islamophobie en France est un collectif compétent et à l’écoute de ceux et celles qui y font appel.

Se taire une fois, ça va. Se taire deux fois, ça va. Se taire trois fois, bonjour les dégâts. (Dédicace à ma maman d’amour qui me dit tout le temps ça.)

PEACE on you

 

You Might Also Like

10 Comments

  • Reply Znab 6 juin 2016 at 1 h 21 min

    Salam Aleyki!

    J’ai vraiment kiffééé ton article, il m’as sincèrement donné envie de lire tout ton blog!
    On m’a envoyé ton post sur FB (oui je raconte aussi ma vie!) en pensant que j’avais ouvert un blog en incognito, t’es péripéties ressemblent aux miennes, bien que je n’ai toujours pas trouvé mon stage (en comm’ également .)
    Force à toi et ne lâché surtout pas tes efforts !
    Bisous

    Ps: tu as une plume magnifique !

    Pps: Ramadan Mubarak

    • Reply laviedunecurly 6 juin 2016 at 10 h 11 min

      Wa aeleyki selem!
      En voilà un très beau commentaire! Merci beaucoup, ça me touche énormément!
      Kheir in sha Allah pour ton stage, n’abandonne pas!
      Force à toi également dans tout ce que tu entreprendras!
      Ramadan mubarak, paix sur toi.

      Fraternellement.

  • Reply Anonymus do Brazil 6 juin 2016 at 12 h 33 min

    Je suis tellement fière de toi ma poupoule, comme on te l’a dit plus haut : ta plume est resplendissante ! Tu alies humour et sarcasmes à un discours d’actualité qui concerne les musulmanes mais le message derrière peut concerner tout le monde.
    Continue comme ça je veux te lire encore et encore.

    • Reply laviedunecurly 6 juin 2016 at 13 h 12 min

      Tu veux me faire pleurer, c’est ça? C’est ça hein?????? Mdr
      Merci beaucoup la plus fraîche des « anonymus do Brazil », ça me fait hyper plaisir!
      Des bisous!

  • Reply Inès 6 juin 2016 at 17 h 49 min

    Bravo pour cet article ! On dirais presque une chronique ! Accrochant et amusant, j’aime ! Je te l’ai déjà dis de nombreuses fois mais tu as de grande qualité au niveau rédactionnel. Bon parcontre quand tu dis  » Alors, si tu es assise dans ton lit ou dans ton canapé, attrape un paquet de chips ou deux, une tablette de chocolat ou encore des fruits..  » Mmmmh… tu as générée un creux dans mon ventre…

    • Reply laviedunecurly 6 juin 2016 at 18 h 10 min

      Merci Inèèèèèèès! 🙂 Mdrr patience, bientôt l’iftâr in sha Allah! 😉

  • Reply L É A ❤ 7 juin 2016 at 20 h 36 min

    J’ai adoré ton article, je suis vraiment touchée par tes mots, bravo. J’ai beaucoup appris. Je ne suis pas musulmane mais parfois grace à des gens comme toi je me dis que je le deviendrai sûrement un jour. Bon ramadan à tous une pensée pour les plus démunis.

    • Reply laviedunecurly 7 juin 2016 at 22 h 16 min

      Je te remercie mille fois pour ton doux commentaire. Ça me touche vraiment, tu n’as pas idée. Je suis contente de savoir que cela puisse « éclairer » d’une certaine manière quelques personnes.
      Merci une nouvelle fois, que la paix soit sur toi tout au long de ta vie.

  • Reply Ninaturelle 9 juin 2016 at 16 h 47 min

    Coucou. Bravo pour ton article et ton courage. et ramadan mouabrek my curly sister

    • Reply laviedunecurly 9 juin 2016 at 17 h 32 min

      Hello! Merci beaucoup, c’est très gentil! Ramadan mubarak à toi également! 🙂

    Leave a Reply